passion des animaux
 
AccueilRechercherMusiqueS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 François Mitterrand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 495965
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: François Mitterrand   Mer 26 Oct - 21:28

study study study

François Mitterrand

26 octobre 1916 à Jarnac (Charente, France) - 8 janvier 1996 à Paris
Séduisant
et cultivé, excellent orateur, François Mitterrand, issu de la
bourgeoisie catholique provinciale, se découvre très vite des
dispositions pour diriger les hommes. Il atteint le pouvoir suprême, la
présidence de la République française, au terme d'un long parcours
erratique, parsemé de chausse-trapes.
Son éclectisme politique et
sa fidélité en amitié lui valent des soutiens indéfectibles sur toute
l'étendue de l'échiquier politique et social. Si l'on fait fi de son
action politique, François Mitterrand demeure un personnage romanesque
des plus passionnants. Les journalistes Catherine Nay, Jean Montaldo et
Pierre Péan ont révélé par touches successives les différentes facettes
de son itinéraire...


François Mitterrand (1916 - 1996)

Le roman d'un président

Président de la République française de 1981 à 1995, François
Mitterrand est né le 26 octobre 1916 à Jarnac (Charente), dans la
famille d'un industriel vinaigrier.

De Vichy au socialisme

Enrôlé comme sergent au début de la Seconde Guerre mondiale,
François Mitterrand est capturé comme la plupart des autres soldats
français.

S'étant
enfui en 1942, il assure à Vichy un emploi modeste dans un service qui
s'occupe de la réinsertion des prisonniers. Il reçoit la Francisque des mains du Maréchal Pétain.

Début 1943, prévoyant la faillite du nazisme, le jeune homme met un pied dans la Résistance.

À la Libération, à peine âgé de 28 ans, il devient ministre des
Anciens combattants, puis ministre de la France d'outre-mer et ministre
de l'Intérieur.

Il est ministre de la Justice sous le gouvernement de Guy Mollet, lorsque les militaires reçoivent les pleins pouvoirs à Alger pour mettre fin au terrorisme par tous les moyens.

Le retour du général de Gaulle
aux affaires, en 1958, l'oblige à rentrer dans l'anonymat. Candidat
contre le général aux élection présidentielles de décembre 1965,
François Mitterrand se présente comme le champion de l'alternance au
gaullisme. Il réussit à mettre le président en ballotage.

Ce relatif succès le conduit à fonder le 12 juin 1971, au congrès
d'Épinay-sur-Seine, un nouveau parti socialiste sur les ruines de
l'ancienne SFIO (Section française de l'Internationale ouvrière), discréditée par son engagement dans les guerres coloniales.

Un règne à éclipses

Après un échec de justesse en 1974 face à Valéry Giscard d'Estaing,
il gagne les élections présidentielles le 10 mai 1981, tirant parti de
l'impopularité du président Valéry Giscard d'Estaing et de son lâchage
par Jacques Chirac, le chef du parti néogaulliste.

François Mitterrand entame un «règne» de 14 ans,
comparable par sa durée à ceux de Henri IV, de Louis-Philippe et de...
Napoléon 1er. De cette très longue présidence, l'opinion publique ne
retient de positif que l'abolition de la peine de mort en octobre 1981 !
Un bilan singulièrement étriqué si on le compare à celui de son prédécesseur.

L’Histoire, quant à elle, se souvient de la conversion de la
gauche à l'économie de marché, qui s'est faite en deux temps : la
désindexation des salaires sur les prix lors du premier plan de rigueur à
l'automne 1982, puis surtout le choix de rester dans le SME (Système
Monétaire Européen) à l'issue de la semaine d'hésitation suivant les
municipales de mars 1983, d'où découla ultérieurement le traité de Maastricht. Elle se souvient aussi du soutien du président, en 1981, au déploiement des fusées Pershing en Allemagne, en riposte à la menace soviétique...

Le double septennat de François Mitterrand se termine dans un
climat maussade tissé de désillusions, entre une gauche qui a perdu ses
repères idéologiques et moraux et une droite minée par le combat des
chefs.

À gauche comme à droite, son départ est accueilli avec
soulagement... Une décennie plus tard, l'opinion publique, confrontée au
bilan piteux de son successeur Jacques Chirac et oublieuse du passé, n'en hissera pas moins l'ancien président socialiste sur le podium de ses personnalités préférées !

www.Herodote.net

Revenir en haut Aller en bas
 
François Mitterrand
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» roseraie François Mitterrand à Montauban
» Polyomavirus et/ou mue française
» Modène Club Français
» FOXY (croisé anglo-français mâle )"
» Méthode bilingue : Le français par le breton. LE BOZEC. 1933

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les amis(es) des animaux..... :: Le petit coin de moumoune :: Histoire-
Sauter vers: