passion des animaux
 
AccueilRechercherMusiqueS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jean de La Bruyère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 511565
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Jean de La Bruyère   Mer 14 Sep - 15:15

study study study

Jean de La Bruyère


Jean de La Bruyère




Portrait attribué à Nicolas de Largillière.


écrivain
17 août 1645
Paris, Royaume de France
11 mai 1696 (à 50 ans)
Versailles, Royaume de France
français

Œuvres principales
Les Caractères ou Les mœurs de ce siècle


Jean de La Bruyère, né à Paris le 17 août 16451 et mort à Versailles le 11 mai 16961, est un moraliste français.

La Bruyère est célèbre pour une œuvre unique, Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688). Cet ouvrage, constitué d’un ensemble de brèves pièces littéraires, compose une chronique essentielle de l’esprit du XVIIe siècle.

La Bruyère fut l’un des derniers écrivains à mettre en avant le « style » littéraire, en développant un phrasé rythmé dans lequel les effets de rupture sont prépondérants. Ce style incite à la lecture à haute voix, donnant ainsi à cette activité le statut de jugement moral de par l’effet rhétorique obtenu par la lecture orale sur les auditeurs. La Bruyère consacre au demeurant toute une section des Caractères aux effets pervers de l’éloquence. Nombre d’écrivains ont suivi le chemin stylistique tracé par La Bruyère : depuis Marivaux jusqu'à Balzac et Proust, en passant par André Gide.

Biographie
On a longtemps cru qu’il était né dans un village voisin de Dourdan, jusqu’à ce que l’on eût retrouvé son acte de baptême, qui établit qu’il a été baptisé le 16 août 1645 à l’église Saint-Christophe, dans l'île de la Cité. Il était le fils aîné de Louis de La Bruyère, contrôleur général des rentes de l’Hôtel de Ville, bourgeois de Paris, et d’Elisabeth Hamonyer. Son trisaïeul paternel, Jean de La Bruyère, apothicaire dans la rue Saint-Denis, et son bisaïeul, Mathias de La Bruyère, lieutenant civil de la prévôté et vicomté de Paris, avaient joué, au XVIe siècle, un rôle actif dans la Ligue. Il fut vraisemblablement élevé à l’Oratoire de Paris, et, à vingt ans, obtint le "titre" de licencié de droits à l’Université d'Orléans.
Il revint vivre à Paris avec sa famille, dont la situation de fortune
était assez aisée, et fut inscrit au barreau, mais plaida peu ou point.
En 1673, il acheta une charge de trésorier général de France au bureau des finances de la généralité de Caen,
charge qui valait une vingtaine de milliers de livres, rapportait
environ 12 350 livres par an, et conférait en outre l’anoblissement ; il
fit le voyage de Normandie pour son installation, puis, les formalités remplies, il retourna à Paris et ne parut plus à Caen. Il vendit sa charge en 1686. Depuis le 15 août 1684, il était l’un des précepteurs du jeune duc de Bourbon, petit-fils du Grand Condé. Cet emploi fut confié à La Bruyère, d’après l’abbé d’Olivet, sur la recommandation de Jacques-Bénigne Bossuet, « qui fournissait ordinairement aux princes, a dit Fontenelle, les gens de mérite dans les lettres dont ils avaient besoin ». On ignore d’ailleurs comment La Bruyère connaissait Bossuet.

Le jeune duc de Bourbon était âgé de seize ans, et il venait d’achever sa seconde année de philosophie au collège de Clermont, qui était dirigé par les jésuites. C’est avec deux jésuites encore, les pères Alleaume et du Rosel, et avec le mathématicien Sauveur, que La Bruyère partagea le soin d’achever l’éducation du jeune duc, auquel il était chargé d’enseigner, pour sa part, l’histoire, la géographie
et les institutions de la France. Condé suivait de près les études de
son petit-fils, et La Bruyère, comme les autres maîtres, devait lui
faire connaître le programme de ses leçons et les progrès de son élève,
qui, à vrai dire, était un élève assez médiocre. Le 24 juillet 1685, le
duc de Bourbon épousa Mlle de Nantes, fille de Louis XIV et de Françoise de Montespan,
qui était âgée de onze ans et dix mois ; La Bruyère fut invité à
partager ses leçons entre les deux jeunes époux. Le 11 décembre 1686,
Condé mourut à Fontainebleau,
et l’éducation du duc de Bourbon fut considérée comme terminée. La
Bruyère resta néanmoins dans la maison de Condé en qualité de
gentilhomme de Monsieur le duc, ou « d’homme à son petit-fils, l’élève
de La Bruyère», « sa férocité était extrême et se montrait en tout.
C’était une meule toujours en l’air, qui faisait fuir devant elle, et
dont ses amis n’étaient jamais en sûreté, tantôt par des insultes
extrêmes, tantôt par des plaisanteries cruelles en face, et des chansons
qu’il savait faire sur-le-champ, qui emportaient la pièce et qui ne
s’effaçaient jamais… Il se sentait le fléau de son plus intime
domestique… » La Bruyère, qui avait naturellement l’humeur sociable et
le désir de plaire, souffrit de la contrainte que lui imposait
l’obligation de défendre sa dignité. Il évita les persécutions
auxquelles était en butte le pauvre Santeul, mais on sent l’amertume de l’amour-propre blessé dans les plus âpres passages de son chapitre des Grands.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_La_Bruy%C3%A8re
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean de La Bruyère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calluna vulgaris, bruyère commune
» 58 - JUNIOR korthal REFUGE DE ST JEAN
» Ca y est !! Les Frisons de Saint Jean vont...
» Site Jean Magnan de Bornier "Piaffer"
» 1ère randonnée équestre des Frisons de Saint Jean

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les amis(es) des animaux..... :: Le petit coin de moumoune :: Le saviez-vous ?-
Sauter vers: