passion des animaux
 
AccueilRechercherMusiqueS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jean RACINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moumoune
Admin
avatar

Messages : 707
Points : 511165
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Jean RACINE   Mer 14 Sep - 15:00

study study study


Jean Racine

Racine


Portrait de Racine.



Dramaturge, historiographe du roi
22 décembre 1639
La Ferté-Milon, Royaume de France
21 avril 1699 (à 59 ans)
Paris, Royaume de France
français
classicisme
tragédie essentiellement, comédie



Jean Racine, né à La Ferté-Milon le 22 décembre 1639 et mort à Paris le 21 avril 1699, est un dramaturge français considéré comme l'un des plus grands auteurs de tragédies de la période classique de la France de Louis XIV.

Issu d'une famille de petits notables et vite orphelin, il est élevé
par sa grand-mère et sa marraine et reçoit une solide éducation
littéraire marquée par le jansénisme. Il choisit ensuite de se consacrer à la littérature et particulièrement au théâtre en faisant jouer La Thébaïde en 1664 et Alexandre le Grand en 1665, qui est son premier succès et qui lui vaut le soutien du jeune roi Louis XIV mais il se brouille avec Molière.

Le succès d'Andromaque en 1667 ouvre une décennie de grande création où l'on trouve à côté d'une unique comédie (Les Plaideurs en 1668) six grandes tragédies : Britannicus (1669), Bérénice (1670), Bajazet (1672), Mithridate (1673), Iphigénie (1674) et Phèdre
(1677). Auteur à succès mais ébranlé par les cabales et ayant renoué
avec le jansénisme, Racine abandonne le théâtre, devient Historiographe
du Roi et entre à l'Académie française en 1672. C'est pour répondre à la demande de Madame de Maintenon qu'il revient à l'écriture théâtrale et donne deux tragédies aux sujets bibliques aux jeunes filles de Saint-Cyr : Esther (en 1689) et Athalie (en 1691).

Privilégiant les sujets grecs, Racine, cherchant à rivaliser avec Pierre Corneille, a néanmoins traité trois sujets romains, et un sujet moderne, Bajazet (1672), mais décalé dans l'espace puisque se déroulant dans l'Empire ottoman. On a pu lui reprocher le manque de vérité historique (dans Britannicus ou Mithridate par exemple) et le manque d'action (particulièrement dans Bérénice), mais on a salué la musique de ses vers, son respect assez strict des unités de temps, de lieu et d'action
qui renforcent la densité et le sentiment tragique, ainsi que de la
vraisemblance psychologique : les passions de chacun deviennent en effet
les instruments du destin. Parmi ces passions, l'amour tient la
première place et Racine l'analyse avec ses manifestations
physiologiques (ex. : Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;// Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue, Phèdre,
v.272-273). La passion anime et détruit les personnages pourtant
tout-puissants (rois, empereurs, princesses...) qui ne peuvent rien sur
leur propre destin. Associant la prédestination janséniste et le fatum
des tragédies de l'Antiquité, Racine montre ce cheminement inexorable
propre à faire naître la terreur et la pitié de la catharsis d'Aristote.

L'économie des moyens (densité du propos avec un nombre restreint de
mots pour toutes ses œuvres, utilisation du confident pour rendre plus
naturelle l'expression des personnages), la rigueur de la construction
(situation de crise menée à son acmé), la maîtrise de l'alexandrin et la profondeur de l'analyse psychologique font des œuvres de Jean Racine un modèle de la tragédie classique française.

"http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Racine"



Revenir en haut Aller en bas
 
Jean RACINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» eau colorée par mise en place d'une racine et scalaires.
» Racine qui ne coule pas mais flotte??? bizarre..
» 58 - JUNIOR korthal REFUGE DE ST JEAN
» plante sans racine
» Ca y est !! Les Frisons de Saint Jean vont...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les amis(es) des animaux..... :: Le petit coin de moumoune :: Le saviez-vous ?-
Sauter vers: