passion des animaux
 
AccueilRechercherMusiqueS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comprendre son chien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:09

Apprenez à comprendre votre chien et à mieux communiquer avec lui. Il est important de bien interpréter le langage du chien, son comportement et postures. Découvrez les différents types de communication du chien, comment établir une relation équilibrée et gérer les conflits entre chiens ou avec le maître.

Langage du chien:

Comment le chien communique

Le chien communique, avec ses semblables et avec l’homme, en envoyant des messages chimiques, en émettant des sons et en adoptant des postures corporelles, comme lorsqu’il lève la patte et fait jaillir un peu d’urine : en réalité, il transmet un signal à l’un de ses congénères, qui le reconnaîtra en passant à cet endroit.

Les sécrétions organiques (urine, selles, sécrétions sexuelles et des glandes périanales, salive) contiennent des substances chimiques qui fournissent une série d’informations aux autres chiens (s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle, si la femelle est en chaleur et ainsi de suite).

Les sécrétions des glandes périanales nécessitent une explication (car tous les propriétaires de chiens en ont assurément senti l’odeur nauséabonde sans en connaître la provenance ni la fonction) : c’est une substance de couleur marron, dense et à l’odeur désagréable, produite par deux glandes situées de part et d’autre de l’anus, que l’animal émet lorsqu’il est très effrayé ou pour marquer son territoire.





À cette forme de communication olfactive est associée une forme de communication visuelle car notre compagnon à quatre pattes doit, pour libérer cette sécrétion, tenir la queue haute dans une attitude de dominant.

La voix constitue un autre moyen d’échange d’informations entre chiens. Lorsqu’ils ne voient pas encore et ne sont pas en mesure de se mouvoir, ils « dialoguent » avec leur mère par des pleurs, des gémissements et des jappements.

Avec le temps, cette forme de langage évolue également et les vocalises changent en fonction de la situation dans laquelle se trouve l’animal. Ainsi, il aboiera fort et avec insistance pour avertir ses compagnons et l’homme de la présence d’un étranger sur son territoire ; il glapira lorsqu’il aura peur ou ressentira une douleur ; s’il cherche une consolation, des câlins ou veut se faire pardonner une espièglerie, il jappera ; il grognera pour prévenir son adversaire que sa présence n’est pas appréciée ; il émettra un aboiement particulier lorsqu’il poursuivra sa proie (et un différent quand il la repérera) pour appeler le chasseur ; enfin, il hurlera pour chercher de la compagnie.

Chez certaines races, la sélection et l’adaptation à certains environnements, par exemple la vie en intérieur, a réduit au minimum leur répertoire vocal ; chez d’autres, la spécialisation l’a augmenté en l’affinant, comme chez les chiens de garde et de chasse.

Les expressions corporelles, le dépôt des sécrétions de certaines glandes, de selles et d’urine dans des lieux stratégiques et les vocalises sont tous des éléments relevant d’un comportement « ritualisé » du loup et du chien sauvage, qui a été conservé par le chien domestique. Ces rituels permettent d’éviter des luttes meurtrières pour le territoire, la dominance, les femelles, tout en maintenant l’ordre entre les membres de la meute.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:10

Traduction du langage du chien

Le langage du chien est toujours le même : il « parle » avec nous exactement comme il le ferait avec ses semblables. Certains sujets particulièrement intelligents et fins peuvent inventer des formes de communication sur mesure pour l’homme, mais il s’agit d’une exception, et sûrement pas d’une règle. Voyons les « mots » qui composent le vocabulaire canin, en essayant de fournir leur traduction fidèle :
Aboyer

L’aboiement, comme on l’a dit, est une manifestation néoténique : les canidés sauvages n’aboient pratiquement jamais. Le chien domestique, au contraire, a été sélectionné exprès pour devenir un grand « clabaudeur » à des fins humaines : il a donc développé plusieurs modulations vocales qu’il continue d’émettre à l’âge adulte, de façon différente en fonction des races.




L’aboiement proprement dit peut constituer un avertissement, une menace, un défi, mais aussi une invitation au jeu ou une demande (de nourriture, d’eau, etc.). L’aboiement revêt divers tons suivant sa signification, et presque tous les propriétaires de chiens apprennent vite à les distinguer.
Glapir

Le glapissement équivaut à une demande d’aide précise : les chiots y ont très souvent recours, tout comme les adultes quand ils se sentent en danger.
Faire kaï-kaï

Il s’agit d’un signal vocal que tous les maîtres connaissent parfaitement et qui signifie : « Aïe, comme ça fait mal ! ». Chez les chiots, surtout, mais parfois chez les adultes également, il peut traduire une forte peur ou une soumission totale. Les chiots émettent des kaï-kaï désespérés quand ils voient leur père pour la première fois, même si ce dernier n’a pas touché à un seul de leurs poils.

Le langage du chien est toujours le même : il « parle » avec nous exactement comme il le ferait avec ses semblables. Certains sujets particulièrement intelligents et fins peuvent inventer des formes de communication sur mesure pour l’homme, mais il s’agit d’une exception, et sûrement pas d’une règle. Voyons quels « mots » composent le vocabulaire canin, en essayant de fournir leur traduction fidèle.
Gémir

Le chien gémit (c’est-à-dire qu’il émet des gémissements étouffés et prolongés qui, chez certaines races – comme les Huskies – ressemblent quelquefois à un véritable discours) lorsqu’il est en proie à un malaise psychologique. Pour entendre un large éventail de gémissements, il suffit de visiter un chenil : chaque chien, en voyant une personne derrière les barreaux, gémira quelque chose, signifiant : « Emmène-moi, je veux sortir d’ici ! » Les chiens qui gémissent le plus – et qui sont généralement ceux qui aboient le moins – peuvent aussi utiliser ce signal vocal pour exprimer leur désaccord à l’égard d’une action du maître.
Hurler

Le hurlement est une activité vocale sociale qui permet :
- au membre égaré d’une meute de faire connaître sa position (et la meute lui répond habituellement en chœur pour lui dire : « Nous sommes ici, rejoins-nous ! »).

- à une meute séparée de l’un de ses membres de l’appeler, ce qui se produit surtout quand le membre isolé occupe un rang très élevé ; lorsqu’un loup de rang inférieur se retrouve isolé, les autres s’en moquent dans la plupart des cas ; – à une meute entière d’indiquer les limites de son territoire.

- de renforcer les rapports au sein de la meute.

Les chiens domestiques hurlent proportionnellement à leur position sur l’échelle néoténique : ceux qui occupent le haut de cette échelle (à savoir les plus lupoïdes) hurlent beaucoup plus que les autres. Bon nombre de races (surtout celles largement manipulées par l’homme) ne manifestent plus ce comportement.

Le chien domestique semble ne jamais hurler pour des raisons territoriales, même lorsqu’il fait partie d’une meute (groupe de chiens vivant ensemble) ; en contrepartie, il hurle parfois en réponse à des bruits très différents d’un hurlement, mais qu’il identifie comme tels. Les sons de cloches, les sirènes, la musique... ou le chant de son maître comptent parmi les exemples classiques. Il ne faut alors pas se décourager : rien ne dit que vous chantez comme un chien.

C’est simplement que le chien ne conçoit pas la musique comme telle et, ne sachant comment l’interpréter, pense qu’il s’agit d’un appel social. Le hurlement est l’un des facteurs qui réussissent à déclencher ce que l’on désigne, en éthologie, sous le terme de comportement allélomimétique : un membre de la meute est imité par tous les autres (d’où les chœurs de hurlements).

Cette forme de communication revêt beaucoup d’importance pour le loup, au point que les louveteaux commencent à s’exercer dès leur plus jeune âge. Il convient de rappeler que le chien n’est pas un animal mimétique : il s’avère incapable d’apprendre quoi que ce soit par le biais de l’imitation, contrairement à ce qui se produit chez les primates, par exemple.

Le comportement allélomimétique constitue davantage une sorte de « transmission d’états d’âme » qu’une véritable imitation réalisée dans un but précis.
Éternuer

Le chien ne s’enrhume pas : cette espèce d’éternuement qu’il produit souvent est en réalité un souffle d’avertissement. Équivalant à un aboiement gueule fermée, il constitue le premier signal de quelque chose de suspect, dont le chien n’a cependant pas encore la certitude.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:11

Que signifie le grognement du chien ?

Le grognement chez le chien est toujours un signal d’agressivité, mais agressivité ne rime pas systématiquement avec mauvaises intentions. Un chien peut grogner en jouant (au jeu du tirer-lâcher, par exemple) : il n’est alors pas agressif envers son maître, mais envers la proie-sac (ou la manchette, etc.).

Le grognement adressé à une personne constitue un avertissement, soit léger, soit réellement menaçant. L’avertissement léger se conjugue presque toujours avec le grognement gueule fermée, que les Anglais appellent « growl ». La traduction est plus ou moins la suivante : « Ça suffit, j’en ai assez, fiche-moi la paix ! » Le chien peut aussi émettre un « growl » au cours d’un jeu, ou pour dire à son maître qu’il ne veut plus être caressé.

La véritable menace s’accompagne en revanche du « snarl », ou grognement en montrant les dents. Le chien dominant découvre ses dents en plissant les lèvres vers l’avant, alors que le sujet soumis les étire en arrière. Le « snarl » s’associe toujours à d’autres signaux précis, envoyés par la mimique faciale et corporelle. Les oreilles droites (ou pointées en avant), le regard planté dans les yeux du rival et la queue en l’air expriment une agressivité alliée à une domination.




Pour désamorcer le conflit latent, il suffit dans la plupart des cas de répondre par des attitudes de soumission, en détournant par exemple le regard et en ramassant un peu son corps de manière à se faire tout petit. Fixer un chien dans les yeux ou chercher à l’effrayer par sa stature constituent par contre des signes de domination (et donc de défi), susceptibles de provoquer une attaque de sa part.

Il ne faudrait bien entendu jamais adopter une posture soumise à l’égard de son chien (qui ne devrait de toute façon pas non plus grogner après vous : s’il le fait, c’est que vous avez commis une grave erreur dans son éducation) ; cette astuce peut en revanche s’avérer très utile pour éviter une agression de la part d’un chien inconnu.

Si le chien grogne parce que vous êtes entré sur son territoire, sa menace n’aura rien à voir avec la domination et dérivera uniquement de son sens de la territorialité : le seul moyen d’éviter une attaque consiste alors à décamper au plus vite.

Si le chien grogne avec les oreilles couchées, la queue basse et le regard fuyant, il est agressif mais soumis, et vraisemblablement peu sûr de lui. Si vous vous trouvez sur son territoire, sa situation hiérarchique n’améliore pas beaucoup les choses, au contraire : il se sentira bien plus menacé par votre attitude dominante et risquera de vous attaquer.

Si vous vous trouvez en terrain neutre, vous le réduirez sans aucun doute à la fuite par un comportement dominant (par exemple, en hurlant contre lui, en le fixant dans les yeux et en vous faisant le plus grand possible) ; néanmoins, un chien dans l’impossibilité de se sauver mordra par peur. Défier hiérarchiquement un chien inconnu s’avère toujours risqué, et cette solution ne sera choisie qu’en cas d’urgence absolue.

Autrement, mieux vaut s’éloigner calmement, sans gestes brusques, en sortant petit à petit de ce que le chien considère comme sa « zone de sécurité » et où il se sent menacé par la présence d’un rival. Partir en courant représente la pire des réactions, car elle pourrait stimuler l’instinct prédateur du chien et l’inciter à vous poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:11

Les phéromones du chien

Les phéromones sont des substances chimiques produites par le chien, mais aussi par d’autres animaux et l’homme. Elles sont sécrétées par diverses glandes et modifient le comportement du sujet qui les perçoit. Elles transmettent des messages qui informent le récepteur de l’état physiologique et du statut social de l’émetteur. Il s’agit donc d’une forme de communication, la plus ancienne existant chez les êtres vivants.

L’homme émet également des phéromones : perçues par le chien, en particulier lorsqu’elles sont liées à la peur, elles traduisent souvent notre état d’âme, nous rendant vulnérables et donc victimes d’agressions. Chez le chien, les organes sécrétant des phéromones sont :

• Les glandes sébacées placées dans le sillon intermammaire : elles sécrètent les fameuses phéromones d’apaisement, qui favorisent l’apparition du lien d’attachement primaire entre les chiots et leur mère. Des phéromones d’apaisement ont été synthétisées en laboratoire (sous le nom de D.A.P.) et sont commercialisées sous forme de diffuseur. Elles sont utilisées pour faciliter l’adaptation du chiot au nouvel environnement lors de son adoption par le maître ou en médecine comportementale en cas de phobie ou d’état anxieux apparaissant lorsque le chien doit rester seul à la maison.

• Les glandes faciales : réparties dans le menton, les lèvres, la peau du museau, la région des vibrisses (longs poils qui se trouvent autour du museau) et des joues. C’est justement pour « sentir » ces phéromones que les chiens se reniflent cette zone du corps.

• Les glandes cérumineuses disposées dans le pavillon auriculaire : ces phéromones sont semblables à celles sécrétées au niveau du sillon intermammaire de la femelle et, comme ces dernières, elles apaisent les chiens qui les perçoivent. Elles sont en général émises par le chef de meute pour rassurer les autres membres du groupe.

• Les glandes des sacs anaux – glande supracaudale – glande subcaudale : toutes ces zones sont soigneusement explorées par les chiens lorsqu’ils se rencontrent car les phéromones émises fournissent une indication du rang social de l’animal (celles des glandes faciales remplissent également cette fonction). Les sécrétions des glandes anales contiennent des données qui, une fois décodées par le chien récepteur, l’informent du statut sexuel de l’émetteur.

• Les glandes interdigitées : elles sont situées au niveau des coussinets plantaires et des espaces interdigités. Les phéromones émises par ces derniers renseignent sur le statut social de l’animal, tandis que celles des coussinets plantaires sont dites « phéromones d’alerte » et sont sécrétées lorsque le chien a peur afin de prévenir les autres du danger. Pour conclure, rappelons que les selles et les urines contiennent des phéromones, ce qui explique l’intérêt de notre compagnon à quatre pattes pour ces excréments.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:13

Mon chien me donne ou lève la patte, que veut-il ?

Donner la patte

Ce geste dérive de celui avec lequel les chiots pressent le ventre maternel pour faire sortir le lait. Il ne revêt donc pas la même signification que la poignée de main humaine, comme l’avait suggéré Lorenz, mais équivaut à une demande de nourriture et, par extension, d’attentions en général.

Traductions possibles :
- « Je suis là, ne m’ignore pas »
- « J’ai faim »
- « On joue un peu ? »

Attention, toutefois : poser une patte sur le dos ou la tête constitue un geste de domination, en principe affectueuse, mais qu’il ne faut pas pour autant sous-estimer. Il s’agit d’une sorte de tentative réalisée par le chien pour sonder la position d’un supérieur hiérarchique. Traduction : « Cela t’ennuierait beaucoup si, à partir d’aujourd’hui, c’était moi qui commandais ? »
Lever une patte avant

Cette posture, ritualisée dans l’arrêt des chiens de chasse, se retrouve également chez toutes les autres races (en particulier chez les terriers). Elle traduit une concentration maximum, mais peut aussi accompagner une indécision. Les deux choses ne s’opposent pas, car l’état de doute requiert une grande concentration afin de résoudre le problème en question. Pour distinguer la concentration active de la méditation sur l’attitude à adopter, il convient d’observer le reste du corps et l’expression du museau, qui s’avèrent généralement très faciles à interpréter.

Traductions possibles :
- « Je suis très concentré »
- « Je ne sais pas très bien comment me comporter. »
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:13

Mon chien donne de petits coups de museau, que veut-il ?
Donner de petits coups de museau sur le visage

Ce geste a une origine infantile : les chiots donnent en effet de petits coups de museau à la commissure des lèvres de leurs parents pour les inciter à régurgiter de la nourriture en phase de sevrage. Cette pratique, commune chez les canidés sauvages, n’est demeurée que chez certains chiens domestiques (les plus primitifs) et a disparu chez beaucoup d’autres races. Mais les chiots continuent imperturbablement de toucher la commissure des lèvres avec leur museau, même si la mère ne réagit plus par la régurgitation.

Chez le chien adulte, il s’agit d’un signal de pacification, d’une offre d’amitié, d’une recherche de sécurité et d’une manière de manifester de l’affection. Quand le chien vous saute dessus, son objectif consiste justement à atteindre votre visage pour vous donner de petits coups en guise de salut et de paix. Traduction : « Je t’aime bien, fais-moi sentir que tu es mon guide et que je peux avoir confiance en toi. »
Donner de petits coups de museau sur la gorge

Seuls les chiens fortement lupoïdes effectuent ce geste, qui exprime exclusivement la soumission.
Donner de petits coups de museau sur les bras ou les jambes

Il s’agit en général d’une demande, un peu comme quand nous tapons sur l’épaule d’un ami.

Traductions possibles :
- « Caresse-moi »
- « J’ai faim »
- « Je voudrais sortir »

Le maître ne devrait pas obéir servilement à ces requêtes, mais faire accomplir auparavant un exercice simple au chien. Attention : tous les petits coups de museau peuvent aussi être mimés, et non pas exécutés réellement ; le chien donne alors des coups dans le vide, sans toucher effectivement la moindre partie de notre corps. La direction des mouvements du museau indique ce que le chien essaye d’exprimer.
Appuyer l’arrière-train contre les jambes, donner des coups de hanche

Ces gestes constituent également des signaux de soumission active et, par conséquent, de pacification et de jeu. Certaines races jouent beaucoup avec leur corps (les Boxers, par exemple), d’autres moins.

Traduction : « Je n’ai pas l’intention de mettre en doute ta position hiérarchique, mais tu ne m’effraies pas au point de me soumettre passivement : je préférerais devenir ton ami et jouer avec toi. »

Abaisser l’avant-main et maintenir l’arrière-train en l’air. Il s’agit d’une posture d’invitation au jeu très claire, qui a une seule signification sans équivoque : « On joue ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:14

Mon chien remue la queue, que veut-il ?

La queue est l’une des parties les plus expressives du chien, qui l’utilise :
- soit pour indiquer sa position hiérarchique (haute, domination ; basse, soumission)
- soit pour traduire la peur (queue entre les pattes)
- soit pour diffuser son odeur (balancement)

Mais en remuant la queue, le chien peut aussi exprimer l’amitié, la perplexité, l’angoisse et l’indécision : il n’est donc pas toujours facile de comprendre immédiatement la signification d’une queue qui s’agite.

Le chien qui remue la queue devant son maître exprimerait à la fois la joie et la crainte : d’un côté, il voudrait lui sauter dessus car il est heureux de le voir, et, de l’autre, il s’avère effrayé par son autorité et aurait par conséquent envie de se sauver. Résultat : un stress général qui s’évacue par l’agitation de la queue.

Il existerait aussi plusieurs degrés de balancement correspondant à des états d’âme parfaitement distincts :

- le balancement de conflit s’exécute généralement de façon lente et rythmée, un peu comme un chat qui agite sa queue. Un chien qui remue la queue de façon conflictuelle peut s’avérer indécis sur la question de savoir s’il se trouve face à un ami ou à un adversaire : si le rival (homme ou chien) se comporte de manière à le faire pencher vers la seconde solution, le chien peut même décider d’attaquer.

- le balancement d’excitation est rapide et, parfois, chaotique, à savoir sans rythme précis : il s’exécute avec la queue haute ou basse, suivant le degré de domination du chien. L’excitation peut être joyeuse (comme en cas d’arrivée du maître), mais également agressive ou cynégétique (les chiens de chasse remuent souvent la queue à toute vitesse quand ils suivent la piste d’une proie). Les Teckels et certains autres chiens au maximum de l’excitation remuent leur queue en hélice, en lui faisant décrire des tours complets.

- le balancement de soumission active (typique des chiots) s’avère extrêmement rapide et presque toujours exécuté avec la queue entre les pattes, au point que l’extrémité du fouet (la seule partie à s’agiter furieusement) se retrouve même sous le ventre.

- le balancement de domination, qui sert aussi à diffuser son odeur alentour, est à peine esquissé, toujours exécuté avec la queue haute et d’une manière presque distraite : le reste du corps, en effet, ne semble pas joyeux et frétillant, mais plutôt tendu et raide.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:15

Mon chien se couche sur le dos, que veut-il ?

Si votre chien se couche sur le dos il peut s'agir d'un signe de soumission passive. Cela signifie selon les cas :

- « J’ai compris que c’est toi qui commandes, tu es le plus fort, tu m’effrayes un peu et je reconnais ton autorité »
- « Pardon, tu as raison, je me suis trompé et je m’en rends compte »
- « Ça suffit, je me rends, arrête de me gronder (me taper). »

Face à cette démonstration de soumission, le maître doit immédiatement renoncer à l’action punitive qu’il envisageait d’entreprendre : continuer ne serait pas naturel et irait à l’encontre du savoir-faire canin. Si le chien se renverse alors qu’il n’a absolument pas été puni (les sujets très soumis agissent ainsi même quand on les caresse), le maître ne devrait pas trop insister non plus avec les caresses (qui représentent un acte de domination), mais se limiter à un bref signe d’approbation, puis laisser l’animal tranquille. Dans le cas contraire, le chien pourrait devenir trop soumis.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:15

Mon chien hérisse le poil du dos, que veut-il ?

La pilo-érection se manifeste à diverses occasions et revêt différentes significations. Lorsque deux chiens se rencontrent pour la première fois, celui qui se sent le plus dominant hérisse son poil (dans le but d’agrandir son corps).

En revanche, quand deux chiens qui se connaissent bien se croisent, la pilo-érection concerne presque toujours le sujet soumis. On ignore encore la raison précise de cette différence. À la première rencontre, le fait d’agrandir son corps constitue un signe de domination normal, mais lors des rencontres suivantes, il est probable que le hérissement du poil soit dû à la fois à la soumission et à la crainte : le chien accepte de se soumettre, mais s’avère également effrayé par l’autre et hérisse son poil en essayant de paraître plus grand.

La traduction ressemblerait à quelque chose du genre : « D’accord, je te laisse commander : mais ne fais pas trop le malin, car je ne me laisserai pas écraser si facilement ».

Tous les chiens, indépendamment de leur degré de domination, hérissent par ailleurs leur poil quand ils sont surpris par un bruit ou un phénomène inattendu. Leur réaction se rapproche alors de notre « chair de poule », qui entraîne aussi chez le chien un hérissement des poils.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:15

Mon chien prend dans sa gueule, que veut-il ?

Le chien se sert de sa gueule comme l’homme de ses mains : prendre quelque chose (ou quelqu’un !) dans sa gueule n’équivaut donc absolument pas à le mordre. Le chien saisit aussi dans sa gueule le bras d’un enfant pour le sauver d’une situation qu’il estime dangereuse, ou bien la main de son maître pour sortir dehors parce qu’il a besoin de faire pipi.

Il arrive que ce geste soit mal interprété (et que l’enfant réagisse, par exemple, en opposant une résistance) : le chien accentuera alors en toute logique sa prise et risquera de laisser l’empreinte de ses dents.

Le tout sans avoir jamais eu la moindre intention agressive. Les chiens adultes prennent souvent dans leur gueule le museau (voire la tête en entier !) des chiots : il s’agit d’un geste de domination, mais aussi de pacification. Le chiot se soumet sans manifester de signes de peur, car il a appris (de sa mère, la première à l’attraper par le museau) que les adultes n’entendent pas lui faire le moindre mal. La prise par le museau revêt même la signification inverse, à savoir : « Tu vois ? Je pourrais te broyer, mais je ne le fais pas parce que je n’éprouve aucune agressivité à ton égard. »

Et en effet, après une prise par le museau, les chiots commencent souvent à jouer beaucoup plus fortement qu’auparavant avec les adultes, qui ont ainsi manifesté des intentions pacifiques. La prise par le museau s’applique très souvent à des chiots, mais les adultes dominants l’exécutent également parfois avec des adultes soumis et l’accompagnent alors fréquemment d’une prise par le cou.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:16

Mon chien lèche, que veut-il ?

Ce geste constitue la première marque d’affection et d’assistance parentale dont le chiot bénéficie : la mère lèche en effet ses petits pour les nettoyer. Par la suite, le chien lèche en signe d’affection, de soumission et de pacification. Le chien lèche également son partenaire pendant la phase de cour, de sorte que des coups de langue trop appuyés et répétés entre un sujet mâle et sa maîtresse (humaine) risquent d’inciter l’animal à se considérer comme son petit ami et non pas simplement son chien.

Cela peut entraîner des conséquences désagréables allant de l’hyperprotection de type sexuel (le chien ne permet pas à d’autres mâles de s’approcher de sa maîtresse, mais ne manifeste aucune agressivité envers les autres femmes) à l’instauration de véritables comportements sexuels déviants (le chien réserve ses attentions aux femmes au lieu des chiennes). Si, par conséquent, un petit coup de langue doit être accueilli avec bienveillance, il faut en revanche empêcher le chien d’exagérer dans ce domaine.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:16

Mon chien renifle les parties intimes, que veut-il ?

Ce geste apparemment inconvenant, dont les maîtres ont souvent honte, représente tout simplement pour le chien un moyen naturel de faire connaissance. Les chiens se flairent réciproquement le derrière, car les glandes situées autour de l’anus émettent des signaux précis concernant le sexe, l’âge et l’état de santé du sujet.

Les chiens (surtout ceux très jeunes) recherchent le même type de renseignements en reniflant le postérieur des personnes : nous ne possédons pas de glandes périanales aussi explicatives, mais il est probable que l’animal déchiffre néanmoins ainsi quelques informations sur notre compte. Traduction : « Je veux découvrir qui tu es. »
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:17

Mon chien simule l'acte sexuel, que veut-il ?

Rares sont les cas où ce geste revêt une signification sexuelle : il s’agit beaucoup plus souvent d’une marque de domination, comme le prouve le fait que les chiots encore immatures sur le plan sexuel ont l’habitude de l’exécuter.

Le maître doit, quoi qu’il en soit, intervenir fermement : soit pour expliquer au chien qu’il n’a pas le droit de faire des avances aux êtres humains, soit pour lui faire comprendre qu’il ne tolère aucune manifestation de domination de sa part.

Poursuivre sa queue. Ce comportement fait parfois simplement sourire le maître, mais constitue en réalité un sérieux signe de stress. Les mouvements circulaires visant à capturer sa queue se fixent quelquefois de façon pathologique, en donnant naissance au fameux phénomène du tail chasing
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:17

Comment interpréter les mimiques du chien
Le chien cligne des yeux

Le chien cligne souvent littéralement des yeux, en battant des paupières. Il s’agit d’un signal de non-belligérance et, parfois, de soumission. *

Traductions possibles :
- « Mes intentions sont amicales »
- « C’est toi le chef »
- « Excuse-moi »
Le chien garde les yeux mi-clos

Autre signal de non-belligérance.

Traduction : « Je n’ai pas l’intention de me disputer, je voudrais devenir ton ami. »
Le chien garde la gueule ouverte et les lèvres lâches

Quand un chien garde sa gueule ouverte et ses lèvres lâches, sans les plisser, il est généralement détendu et n’a pas d’intentions agressives. Même s’il ne grogne pas, le chien qui envisage de mordre a toujours la gueule fermée.



Un chien dans une posture détendue peut aussi, bien entendu, mordre sans préavis, mais il faut qu’une raison bien précise le pousse à agir ainsi (une douleur subite, comme une patte ou une queue écrasée, par exemple).

Traduction : « Je vais bien, ne t’inquiète pas. »
Le chien plisse les lèvres et montre les dents

Cette mimique exprime l’agressivité et constitue une marque de domination ou de soumission selon que les lèvres sont respectivement plissées en avant ou étirées en arrière. Le geste peut ne pas s’accompagner d’un grognement, mais n’en reste pas moins une menace et l’éventuel prélude à une attaque.

Traduction : « Attention, au moindre faux pas, je t’agresse. »
Le chien regarde droit dans les yeux

Chez les chiens, il s’agit toujours d’un signe de provocation, d’autant plus accentué qu’il s’accompagne d’une mimique corporelle à caractère dominant.

Les chiens domestiques fixent néanmoins souvent leur maître dans les yeux afin de mieux saisir ses ordres ou ses états d’âme, un comportement qu’ils ont également acquis par la domestication. Lorsque le chien fixe amicalement un homme, le reste de son corps traduit une profonde décontraction (ou bien envoie des signaux de soumission). Un chien qui vous fixe avec un corps raide et tendu vous lance au contraire un défi et vous témoigne en outre de l’agressivité s’il montre le blanc de ses yeux.
Ses oreilles sont pointées en avant ou couchées en arrière

La position des oreilles indique le degré de domination du chien, mais aussi son niveau d’assurance. Des oreilles droites ou pointées en avant expriment une domination et/ou une assurance maximum ; des oreilles complètement rabattues en arrière, presque écrasées sur la tête, traduisent en revanche une soumission et/ou un manque d’assurance maximum. Tous les stades intermédiaires correspondent à des états d’âme intermédiaires.

Bon nombre de chiens, quand ils saluent leur maître, redressent et couchent sans cesse leurs oreilles : cela signifie que l’animal se sent sûr de lui quand son maître est près de lui, mais qu’il se soumet également à ce dernier. L’alternance des deux gestes dénote la présence simultanée des deux états d’âme, qui s’expriment donc en s’enchaînant rapidement.

La position des oreilles ne revêt bien entendu une valeur hiérarchique que dans le cas d’un contact rapproché chien-chien ou chien-homme : dans toutes les autres situations, le chien gardera ses oreilles droites s’il est attentif, et détendues s’il ne s’intéresse pas particulièrement à ce qui l’entoure.
Le chien bâille

Contrairement à l’homme, le chien ne bâille pas d’ennui. Il bâille en revanche de fatigue et parce qu’il a sommeil, tout comme nous. Mais le bâillement constitue également un moyen de communication et, plus exactement, un signal de pacification. C’est la raison pour laquelle le chien bâille souvent quand son maître le gronde (et non pas pour se moquer de lui !).
Le chien mâche de l’air

Ce geste caractéristique qui consiste à mâcher dans le vide équivaut, chez le chien, à un comportement de pacification. Il dérive probablement de l’association mentale apaisement de la faim signifie état de bien-être. Le chien l’exécute aussi bien à l’égard de ses semblables qu’envers son maître.
Le chien léche dans le vide

Le chien exécute le geste consistant à lécher (y compris loin de la cible) quand il veut lancer des signaux de pacification... même s’il semble parfois vraiment « faire la nique ».
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:19

Le sourire du chien

Le fameux sourire du chien, typique des Dalmatiens, mais observé également chez les Colleys, le Chien de Canaan... et les bâtards, est un comportement acquis, et qui plus est à un âge avancé. Le sourire consiste à étirer la lèvre supérieure vers l’arrière en découvrant les dents, ce qui crée un rictus du plus haut comique que certains prennent, à tort, pour une marque de menace : il n’en est rien, comme le prouve d’ailleurs l’attitude de tout le reste du corps qui envoie des signaux de soumission et de paix.

Le sourire constitue un indice de disponibilité et d’amitié (le chien sourit souvent au retour de son maître à la maison ; ou lorsqu’il a commis une bêtise quelconque et que cet effet comique empêche presque de le punir !) : on estime qu’il s’agit vraiment d’une imitation du comportement humain, issue de l’observation.

Dans la pratique, le chien a compris que quand nous sommes contents et bien disposés envers quelqu’un, nous découvrons nos dents : il fait par conséquent la même chose à notre égard. Cela paraît assez étrange, car le mimétisme s’avère extrêmement limité chez le chien : il n’en demeure pas moins que le chien ne « sourit » jamais à un autre chien, uniquement à l’homme.

Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:19

Décrypter les postures du chien
La position normale

Lorsque le chien est calme et détendu, il se présente en position quadrupède (c’est-à-dire debout, les quatre pattes bien appuyées sur le sol). La queue et les oreilles sont relâchées, le regard attentif mais pas fixe.
L’état d’alerte

Le chien ne montre pas de signes de peur mais il est attentif, bien stable sur ses membres, même si l’un d’entre eux peut être soulevé (comme chez le chien de chasse en position d’arrêt). Les oreilles sont droites et orientées vers l’endroit qui attire son attention, la queue est relevée ou, chez certains animaux, parallèle au sol.
L’invitation au jeu

Lorsqu’il souhaite inviter un congénère ou un homme à jouer, le chien adopte la position d’un sphinx : les membres antérieurs sont étendus et plaqués au sol, le postérieur est complètement soulevé, tandis que la queue est relâchée et en mouvement. Le chien, lorsqu’il veut associer un être humain à son jeu, attire son attention par de légers coups de patte. En réalité, il s’agit d’un geste de pacification mais, puisque nous le comprenons généralement comme une invitation au jeu (et nous le récompensons donc par le jeu), c’est à cet effet qu’il est utilisé par l’animal.




Une autre méthode, souvent utilisée par notre compagnon, consiste à donner de petits coups avec le nez. Comme le geste décrit ci-dessus, c’est une attitude que l’on retrouve chez le chiot qui se nourrit du lait maternel. Le chien peut également utiliser le sourire. Lorsqu’il « rit », il soulève sa lèvre supérieure, le coin de la lèvre est retroussé presque jusqu’aux oreilles, la truffe est pointée vers le haut (en mettant en évidence les dents) dans une grimace semblable à celle d’un sourire humain.

Cette mimique faciale est généralement associée aux postures d’invitation au jeu, mais peut également se présenter seule.
Les postures qui communiquent l’agressivité

L’animal qui veut agresser essaie de faire paraître son corps plus grand en adoptant une attitude typique :
a) poils dressés sur le dos
b) position debout
c) queue parallèle au sol

L’expression faciale est particulière :
a) gueule entrouverte, découvrant les dents (surtout les canines)
b) lèvres (aussi bien supérieure qu’inférieure) retroussées

On observe une variante de cette posture lorsque le chien est enfermé dans un box ou un enclos. En effet, il présente la même expression faciale, mais ses pattes antérieures sont soulevées et appuyées contre la barrière ou il longe celle-ci en faisant des va-et-vient. Le chien grogne pour effrayer son adversaire.
Les postures sexuelles

Parmi les postures liées à la sexualité, « d’exploration » que l’on observe lorsque deux chiens se rencontrent. C’est une position classique, qui sert à faire connaissance. Les deux animaux, soit mâle et femelle, soit du même sexe, se reniflent après s’être placés côte à côte, la tête tournée vers la région génitale de l’autre.
Les postures particulières

Il existe quatre autres postures que l’on observe relativement fréquemment, mais qui ne peuvent être associées aux attitudes décrites précédemment.

1. Le chien, qui halète la langue pendante, n’est pas assoiffé : c’est sa façon de refroidir son corps car ses glandes sudoripares sont situées sur la langue (en pratique, le chien est tout simplement en train de transpirer).

2. Lorsqu’il saute sur quelqu’un, ce comportement est normal pour lui : il manifeste sa joie face à l’arrivée d’une personne qu’il connaît, mais elle peut être désagréable pour celle qui tient à ses vêtements.

3. Le chien qui se roule dans les excréments des autres animaux ou les déchets de toutes sortes adopte un comportement à la fonction mimétique (il est utilisé par les chiens de chasse afin de ne pas se faire repérer par les proies). Il peut également avoir une autre utilité : effrayer ses semblables par une odeur forte et nauséabonde.

4. S’il gratte le sol avec ses membres postérieurs, c’est un rappel olfactif. Cela sert à marquer le territoire grâce aux sécrétions des glandes présentes sous les coussinets plantaires.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:20

Posture de domination du chien
La dominance sur d’autres chiens

Lorsqu’un chien dominant rencontre un congénère, il exprime sa dominance par les attitudes suivantes :
- position du corps debout et rigide
- oreilles et queue droites
- regard direct

Pour accentuer la position de dominance par une expression corporelle, certains chiens hérissent les poils de leur cou, retroussent les lèvres dans une position typique, ouvrent la gueule, prêts à mordre, grognent en émettant un profond gargouillement et, en outre, l’expriment :
- en bousculant un autre chien et en lui posant les pattes antérieures sur le dos.
- en posant leur menton sur le dos ou le postérieur d’un semblable.
- en saisissant, durant une lutte, le cou ou le museau du soumis pour tenter de le renverser sur un côté.
La dominance sur l’homme




face à l’homme, le chien « dominant » adopte exactement les mêmes attitudes que celles qu’il utilise avec ses congénères. Il peut également exprimer sa dominance sur son maître de plusieurs manières :
- si celui-ci lui permet de mettre les pattes sur ses épaules ou de poser les pattes ou la tête sur sa poitrine (chez les petits chiens).
- le chien lui enserre le cou ou les épaules comme s’il voulait l’embrasser.
- en règle générale, dans chaque situation où la différence de taille entre le chien et le maître tend à se réduire.

C’est surtout le cas si l’on autorise le chien à dormir sur le lit (si vous avez, au contraire, le contrôle de l’initiative, cela ne survient qu’une fois que vous lui en avez donné l’ordre : le dominant c’est vous, et vous pouvez décider de lui « accorder » ou non ce privilège).

Certains chiens (n’arrivant pas à percevoir le concept de « dominance et soumission » de façon claire) envoient des signaux contradictoires : ils grognent à la vue d’un étranger tout en remuant la queue ; ils permettent à une personne d’entrer dans la propriété qu’ils gardent, lui font la fête mais, dès qu’elle se tourne, ils lui mordent les mollets. Ces animaux sont très dangereux en raison de leur imprévisibilité.
La dominance de l’homme sur le chien

pour montrer votre dominance sur le chien, vous pouvez rester indifférent à ses demandes et ne lui accorder votre attention que lorsque vous le souhaitez.

Par exemple, si le chien s’approche de vous à la recherche de câlins, vous l’éloignerez d’abord sèchement. Au bout de quelques minutes, vous le rappellerez et lui donnerez ce qu’il désirait. Par ce comportement, vous conserverez toujours l’ascendant sur votre fidèle compagnon en exerçant votre dominance sur lui.

Le gabarit peut constituer un autre signe de dominance et de défi. C’est pourquoi, lorsque vous appelez un chien, ne restez pas debout mais accroupissez-vous : si vous vous mettez à sa hauteur, il sera mieux disposé à venir vers vous.

Le regard direct est également une marque de dominance. Si vous rencontrez un chien inconnu, ne le fixez pas dans les yeux mais regardez sa silhouette. De cette manière, vous éviterez de la défier et de déclencher son agressivité ; vous contrôlerez chacun de ses mouvements.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
LYLY
Admin
avatar

Messages : 313
Points : 508415
Date d'inscription : 19/11/2010
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Re: Comprendre son chien   Mar 17 Mai - 10:20

Posture de soumission du chien

La posture de soumission du chien peut être comparée à celle de l’homme qui lève les bras en signe de reddition.

Attitude du chien soumis :
- tête baissée
- oreilles baissées
- queue baissée

La posture qui identifie le mieux le chien soumis est certainement celle de l’animal couché à terre, sur le côté, une patte placée au sol et l’autre relevée en exposant ses organes génitaux. L’animal très soumis et craintif, outre le fait d’adopter cette attitude, urine et jappe comme les chiots. La posture décrite ci-dessus s’observe également lorsque le chien se soumet à l’homme. Une autre attitude de soumission consiste à diriger le regard ailleurs ou à « coller » la tête et le cou contre le sol.

Une attitude de soumission empruntée au comportement infantile consiste à lécher les coins de la bouche du dominant. Pour que la mère leur régurgite de la nourriture, les chiots la lèchent de part et d’autre de la bouche. Les adultes ont adopté et conservé ce geste pour montrer leur sujétion. Adressé à l’homme, l’équivalent de cette posture de soumission consiste à lécher les mains ou le visage de la personne à laquelle le chien se soumet.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdesanimaux.desforums.net
lilin826
Invité



MessageSujet: mon chien dort sur le dos   Ven 13 Sep - 17:53

mon chien dort sur le dos mais lorsqu'il veut dormir c la seule position qu'il aime

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comprendre son chien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comprendre son chien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» conseil pour comprendre mon chien
» Made in japan : Le gadget qui vous permet de comprendre votre chien
» Planete chien à nouveau disponible!
» Thierry Bedossa : Comprendre son chien
» cynotheque pourquoi methodes positives, comprendre son chien ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les amis(es) des animaux..... :: Le chien de A à Z :: Le guide-
Sauter vers: